Michel BUSSI

Bonsoir à tous, je viens de rencontrer l’auteur normand de « Un avion sans elle »  Michel Bussi. Une rencontre en deux temps, avec une conférence d’une heure et une heure de dédicace.

fullsizerender

Capture d’écran 2016-11-23 à 21.29.24.png

Michel Bussi (né le 29 avril 1965 à Louviers) est un auteur français de romans policiers. Son premier livre, Code Lupin, paru en 2006, a ensuite été publié en feuilleton, pendant trente jours lors de l’été 2010 par le quotidien Paris Normandie. Il est paru en édition de poche en 2014. Il publie en 2008 son troisième roman, Mourir sur Seine, qui se déroule pendant l’Armada 2008 de Rouen (ma ville), et qui s’est vendu en quelques semaines à plusieurs milliers d’exemplaires.

La conférence : J’ai essayé de noter le plus d’information possible, entre guillemet c’est les mots de l’auteur que j’ai réussi à prendre en note.

Question : Votre prochain livre ?

Réponse :  Il est en commencement d’écriture mais encore rien de concret par conséquent je ne donne aucune indication. « J’adore raconter les choses sur plusieurs années comme pour mon roman un avion sans elle… »

Question : Votre vie d’écriture Vs votre vie professionnel ? 

Réponse : « Depuis 6 mois je ne suis plus professeur d’Université, pour le moment je me rend pas compte du changement, car prof de fac c’est beaucoup de travail. L’écriture c’est quelque chose, voler à la vie, j’ai commencé gamin, à l’adolescence j’ai écrit des poèmes. Mais avec la vie, les copains, c’est difficile d’avoir un moment pour écrire, écrire c’est un moment pour soi, en secret, une sorte d’urgence. Je l’ai toujours fait comme çà une heure par ci une heure par là… mettre nos idée noir sur blanc, c’est une envie et une frustration de temps qui donne cette envie d’écrire ».

Question : Qu’est ce qui vous inspire ? 

Réponse : Quand j’ai commencé à écrire, le lieu que je voulais faire partager était les plages du débarquement, qui m’a inspiré. Pour mourir sur Seine : l’armada de Rouen. Alors que les autres commence par une idée et après j’essaye de trouver le lieu adapter.

« De plus en plus je travail autour d’une histoire » 

Question : Avez vous déjà tout les personnages ? 

Réponse : Je connais l’histoire des personnages qui vont évoluer .. mais je laisse pas de liberté aux personnages. Le destin des héros est tracés, ils restent ambiguë, s’ils disent la vérité ou pas… « Je suis le destin des personnages » et donc ils sont rendu vivant car leur destin est prédéterminé selon moi mais ils doivent tout de même se battre malgré tout.

Question : Vos lieu sont tellement détaillé, vous vous renseignez ?

Réponse : Je n’invente rien, je me contente de l’écrire dans le roman « j’utilise des histoires connu des normands » Le gros intérêt du romancier c’est « prendre des choses de droite à gauche pour que les gens les découvrent avec intérêt »

Question : Vos auteurs de références ? Vos influences ?

Réponse : Nymphéa noir est un roman « Bovaryste » je sais pas trop comment çà s’écrit, c’est à dire en rapport avec « Madame Bovary » de Flaubert, une femme qui s’ennuie et qui rêve d’une autre vie.

Gros lecteur depuis tout petit mais plus vers l’imaginaire « Jules Verne ». Mais aussi policier « Agatha Christie » qui m’a fait réfléchir à la construction des Roman, et a emmené les lecteurs dans leur monde en construction une intrigue sur une fausse piste pour amené le lecteur à réfléchir.

J’ai envie d’écrire un roman comme une fresque romanesque, comme « un long dimanche de fiançailles » avec une histoire d’amour, un contexte historique et une enquête.

A38736.jpgJanvier 1917. Cinq soldats français condamnés à mort en conseil de guerre, aux bras liés dans le dos. Toute une nuit et tout un jour, ils ont tenté de survivre. Le plus jeune était un Bleuet, il n’avait pas vingt ans. A l’autre bout de la France, Mathilde, vingt ans elle aussi, plus désarmée que quiconque, aimait le Bleuet d’un amour à l’épreuve de tout. La paix venue, elle va se battre pour connaître la vérité et le retrouver, mort ou vivant, dans le labyrinthe où elle l’a perdu.
Tout au long de ce qu’on appellera plus tard les années folles, quand le jazz aura couvert le roulement des tambours, ses recherches seront ses fiançailles. Mathilde y sacrifiera ses jours, et malgré le temps, malgré les mensonges, elle ira jusqu’au bout de l’espoir insensé qui la porte. On découvre dans ce livre, obstinée et fragile à la fois, attachante, bouleversante, une Mathilde qui prendra place parmi les héroïnes les plus mémorables de l’univers romanesque. 

Question : Adaptation cinématographique ? 

Réponse : en discussion pour

  • Nymphéa noir : Cinéma
  • Un Avion sans elle : Série TV pour la 6
  • Le Temps est assassin : Série TV pour la 1

Il faut être prêt à s’investir en ayant conscience que le le livre peut être changer. « A chaque fois que j’ai les producteurs, je ressort stressé car tel personnage a disparu en changeant la fin du livre »

Si j’accepte c’est parce que j’aimerai voir un roman adapté en film ou à la télé, que des acteurs interprètent mes personnage. C’est une autre dimension qui permet de toucher un autre public qui peuvent ne pas vouloir lire mais voir la série à la télé.

Capture d’écran 2016-11-23 à 21.57.51.png

Un Avion sans elle : Lyse-Rose ou Emilie ? Quelle est l’identité de l’unique rescapé d’un crash d’avion, un bébé de trois mois ? Deux familles, l’une riche, l’autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les médias ont baptisée Libellule. Dix-huit ans plus tard, un Lyse-Rose ou Emilie ? Quelle est l’identité de l’unique rescapé d’un crash d’avion, un bébé de trois mois ? Deux familles, l’une riche, l’autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les médias ont baptisée Libellule.
Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l’affaire, avant d’être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête. Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu’à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, le lecteur est entraîné dans une course haletante jusqu’à ce que les masques tombent. Hasards et coïncidences ne sont-ils que les ricochets du destin ?Ou bien quelqu’un, depuis le début, manipule-t-il tous les acteurs de ce drame ?

Ne lâche pas ma main : Un couple amoureux dans les eaux turquoise de l’île de La Réunion. Farniente,palmiers, soleil. Un cocktail parfait. Pourtant le rêve tourne au cauchemar. Quand Liane disparaît de l’hôtel, son mari, Martial Bellion, devient le suspect n°1. D’autant qu’il prend la fuite avec leur fille de six ans. Barrages, hélicoptères… la course-poursuite est lancée au coeur de la population la plus métissée de la planète. Et si cette chasse à l’homme, ponctuée de cadavres, dissimulait la plus redoutable des manipulations ?

Un Da Vinci Code Normand 

Un roman qui invite à se replonger dans les aventures d’Arsène Lupin
et vous entraine avec lui sur les chemins de Normandie, familiers et mystérieux.

51zfszddgtl-_sx307_bo1204203200_L’aiguille creuse d’Etretat, les tours blanches de l’abbaye de Jumièges, le vieux phare de Tancarville, le tombeau de Rollon sous les ruines de Thibermesnil, la valleuse déserte de Parfonval, les îles englouties de la Seine, les marées d’équinoxe de la Barre-y-va…
Autant de lieux mystérieux dont les énigmes sont percées par Arsène Lupin, dans de fascinantes chasses aux trésors, au cœur du triangle d’or, le fameux triangle cauchois, imaginé par Maurice Leblanc. Imaginé ? Est-ce si sûr ?
Et si les aventures d’Arsène Lupin dissimulaient un code ? Un sens secret ? La clé d’un trésor normand, bien réel celui-là ?
Le professeur Roland Bergton en est convaincu. Il dispose d’une journée pour percer l’énigme, avec pour seuls indices une pièce d’or trouvée sous les falaises, une nouvelle inachevée de Maurice Leblanc… et l’aide d’une jeune étudiante en histoire, aussi brillante que séduisante.

9782258136700webEté 1989, Corse, presqu’île de Revellatta. Un fatal accident de voiture : quatre occupants, une seule survivante, une adolescente de quinze ans. Tous sont morts sous ses yeux.
Eté 2016, devenue femme et mère, Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec sa famille, en vacances, pour exorciser le passé…
A l’endroit même où elle passait son dernier été avec ses parents, elle trouve une lettre.
Une lettre signée de sa mère… Vivante ?

Baignée des parfums et des saveurs de la Corse, c’est une partition légèrement nostalgique, des eighties à l’été 2016, que joue Michel Bussi. On se souvient des vacances en famille, des morsures du soleil et des amours nées sur la plage. L’intrigue vibre au diapason de l’adolescence : un cocktail d’émotions fortes, violentes, profondes. A lire en apnée jusqu’au twist final.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s